logo
12000
12000
800
1400

Spectacles
   pour enfants

et

   Ateliers
de musique

Jouer Pause Stop Precedent Suivant

Plein les yeux
Plein les oreilles
Jeux interactifs

Julie Sa Muse est fière de vous présenter ses jeux musicaux en ligne !

Les jeux requièrent le plug-in Flash 7 ou supérieur pour jouer.
Si vous ne l'avez pas déjà, vous pouvez cliquer ici.

Jeu des rythmes

Jeu éducatif

But du jeu :
Ouvrir les coffres aux trésors pour découvrir des instruments de percussion cachés, en utilisant la bonne clé rythmique. Ce jeu est une façon amusante d'apprendre et de pratiquer des rythmes de base. La section verte du jeu sert également à se préparer pour le spectacle Sac à surprises.

En plus de la version en ligne, nous avons donc mis à votre disposition une version du jeu que vous pouvez sauvegarder dans votre ordinateur et qui est ensuite jouable sans avoir à être connecté à Internet.

Bouton_jeueducatif_online
Version à jouer
en ligne
       
Bouton_jeueducatif_PC
Version à télécharger
(ordinateur PC)
      
Bouton_jeueducatif_MAC
Version à télécharger
(ordinateur Mac)

Jeu de percussion

Jeu de coordination

But du jeu :
Frappez sur les instruments de percussion avec la baguette et ramassez le plus de points possible. Ce jeu permet de se familiariser avec l'utilisation de la souris tout en s'amusant à jouer de la musique !

Caisse-jeu-percussion
Jeu de percussion
Les Amis de Julie Sa Muse

3 bonnes raisons de s'abonner au site de Julie Sa Muse :
  1. Tarifs spéciaux aux abonnés;
  2. Pouvoir réserver des activités directement en ligne;
  3. Recevoir des infos par courriel (2 à 6 par année)
S'abonner ou voir les détails


Commentaires de clients :

Ma très chère Julie, pour ton 10e anniversaire, j'ai une pensée toute particulière pour toi. Je veux souligner tout le bien que tu fais autour de toi : toutes ces petites mines réjouies qui s'abreuvent de tes paroles et de tes belles folies et tous ces petits que tu rends heureux durant tes spectacles ! [...] Les enfants ont besoin de personnes imaginatives comme toi ! [...]

Raymonde Hébert,
1er octobre 2012
Voir tous les commentaires